Près de 30% des hommes en France sont éjaculateurs précoces

Partager :

L’éjaculation précoce est le dysfonctionnement le plus embarrassant dans la vie sexuelle d’un homme. Préoccupations majeures dans le plaisir intime d’un couple, elle est un véritable obstacle à son épanouissement.

JPEG - 7.2 ko

Selon les sexologues, un homme sur trois souffre de ce trouble. Ils précisent néanmoins que l’éjaculateur prématurée serait celui dont la partenaire n’arrive pas à l’orgasme.

En effet, depuis le rapport Kinsey en 1948 qui établissait que 75 % des hommes éjaculent en moins de deux minutes après la pénétration, de plus en plus de spécialistes se sont penchés sur le sujet. “Aujourd’hui, il a été scientifiquement démontré qu’un homme qui peut tenir plus de quatre minutes dans un vagin sans éjaculer possède un réel contrôle” explique les sexologues Catherine Solano et Patrick de Sutter dans leur ouvrage intitulé “La mécanique sexuelle des hommes” (éditions Robert Laffont).

D’après les sexologues, une éjaculation rapide c’est une “éjaculation qui survient dans la majorité des rapports sexuels en moins de deux à quatre minutes après la pénétration, et qui gêne au moins un des deux partenaires”. Près de 30% de la population masculine française est dans ce cas.

Qui va vite puise dans ses réserves

A l’inverse de ce que l’on pourrait croire, l’éjaculateur précoce sait bien faire l’amour. En effet, c’est souvent un bon amant. “Conscient de ne pas pouvoir retenir son plaisir, il explore d’autres façons d’amener sa partenaire à l’orgasme”.

Dans leur livre les docteurs Solano et de Sutter affirment que l’éjaculateur prématuré “est très attentif à ce que ressent sa partenaire et il connaît souvent mieux que beaucoup d’autres hommes les réactions sexuelles féminines. Ceux qui éjaculent rapidement deviennent donc souvent, par compensation, des champions de la stimulation du clitoris”.

Comment en venir à bout

L’éjaculation prématurée est devenue en dix ans le premier motif de consultation des hommes en sexologie. Néanmoins, ce n’est pas une maladie. Elle ne peut donc se soigner à coups de pilules ou d’antidépresseurs.

En effet, l’’éjaculation est un réflexe. La seule méthode pour maîtriser ce trouble, c’est un programme de rééducation sexuelle basé sur des exercices naturels aussi bien physiques que mentaux, afin de réadapter le corps à de nouveaux réflexes éjaculatoires.

En cas d’éjaculation trop rapide, il est recommandé d’augmenter le nombre des rapports sexuels. “Il est impératif d’avoir au moins trois
éjaculations par semaine" indique le Dr Solano.

Les sexologues préconisent aussi d’utiliser un préservatif épais pour amoindrir la sensation et de se servir du “squeeze”. Cette méthode consiste à serrer le pénis entre le pouce et l’index, à la base du gland, juste avant le début de la phase éjaculatoire. Il faut serrer suffisamment fort pour bloquer l’éjaculation. Ensuite, continuer le rapport sexuel.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?