Syrie : l’ancien ministre du pétrole appelle le gouvernement à le suivre dans sa défection

Partager :

Le vice-ministre du Pétrole syrien a annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi sa défection pour dénoncer la "brutalité" du régime de Bachar al-Assad.

JPEG - 27.2 ko

Il est le premier responsable gouvernemental à rejoindre les rangs de l’opposition en presque un an de révolte. L’ancien ministre, passé dans la clandestinité pour sa sécurité, a appelé les autres membres du gouvernement à abandonner « un bateau qui coule », pour ne pas finir sa vie « au service d’un régime criminel ». M. Hussameddine étant ainsi le premier responsable gouvernemental à faire défection depuis le début de la révolte contre le régime de Bachar al-Assad —mi-mars 2011—, ce dernier s’est vu félicité par Burhan Ghalioun, chef du Conseil national syrien (CNS), et par ailleurs, principale coalition de l’opposition. Lui aussi, a appelé d’autres membres du gouvernement et fonctionnaires à faire de même. Dans son message, Abdo Hussameddine s’en prend également à la Russie et à la Chine, les accusant d’être « complices des assassinats » de Syriens. La Russie, qui fournit des armes à Damas, et la Chine qui à deux reprises, bloque des résolutions de l’ONU condamnant la répression en Syrie.

Des centaines de Syriens ont ainsi récemment traversé la frontière avec la Turquie de peur d’une aggravation de la situation sécuritaire dans la province d’Idleb (nord-ouest). Alors que la répression de la contestation a fait encore huit morts jeudi dernier et que la communauté internationale s’inquiète de plus en plus de la situation humanitaire en Syrie. La responsable des opérations humanitaires de l’ONU, Valerie Amos, s’est donc rendue dans ce pays.

Dans le même temps, Mme Amos est dans le pays jusqu’à ce vendredi 9 mars 2012, pour tenter d’obtenir de Damas un accès sans entraves aux populations civiles ayant besoin d’aide humanitaire. Mercredi, elle a pu entrer brièvement dans le quartier de Baba Amr à Homs (centre), bastion de la révolte pris par les forces gouvernementales le 1er mars après des semaines d’intense bombardement. Selon Mme Amos, la zone est désormais "totalement dévastée" et vidée de ses habitants.

Une réunion de coordination sur l’aide humanitaire internationale pour la Syrie s’est ouverte jeudi à Genève, au cours de laquelle les Etats-Unis ont annoncé que leur contribution passait de 10 à 12 millions de dollars. L’émissaire de l’ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie, Kofi Annan, attendu samedi à Damas, a pressé l’opposition de "venir travailler" avec lui. "La solution ultime réside dans un règlement politique", a-t-il insisté, alors que l’opposition refuse toute négociation avant le départ de M. Assad.

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?