Y a-t-il un bon et un mauvais blanchiment de la peau ?

Partager :

Les africains parlent de “décapage” pour désigner le blanchiment de la peau. Ce terme à lui seul dégage déjà quelque chose de vaguement radical, de définitivement répulsif, il est chimiquement connoté, et techniquement il renvoie surtout aux produits corrosifs utilisés en métallurgie. Dans les magasins cosmétiques, on ne parle donc jamais de crèmes décapantes, mais plutôt de crèmes éclaircissantes.

Et pourtant les substances et principes actifs contenus dans ces produits parlent d’eux-mêmes : Hydroquinone, corticoïdes, eau de javel, défrisant, soude caustique, dérivés du mercure…. Ce phénomène concerne surtout les femmes noires, mais les hommes aussi s’y sont mis depuis les années 90, notamment en RDC… Cela touche donc les peaux noires mais aussi une faible proportion de peaux métissées.

L’on ne recule plus devant rien pour paraître plus clair, “gommer” des tâches sur la peau, l’uniformiser comme celle des stars photoshoppées que l’on voit en couverture de certains magazines féminins… La majorité des personnes qui le font ne l’avouent pas toujours ou se trouvent des excuses. Michael Jackson en son temps avait par exemple prétexté une maladie de la peau (vitiligo) ; Beyoncé, Rihanna s’attirent constamment les foudres de la Communauté afro-americaine pour être apparues particulièrement éclaircies sur papier glacé.

Les cas de ces personnalités adulées prouvent que le phénomène (malgré le succès de Naomi Campbell, Alek Wek, Inna Modja, etc.) est mondial. Avoir une peau claire est un canon de beauté dans le milieu afro. Cela sévit sous les avatars les plus divers : décapage, blanchiment (voire blanchissement), éclaircissement…

Au Cameroun, on disait naguère maquillage pour designer ces pratiques. Pour sensibiliser les Noir(e)s aux dangers du blanchiment de la peau, la mairie de Paris avait mené une campagne choc dans les quartiers les plus gravement touchés par ce phénomène (XVIIIème, Xème et XIXème arrondissements). On pouvait ainsi lire des affiches proclamant “Séduire oui, se détruire non”. 

Selon une dépêche de l’AFP du 04 novembre 2009 : “la mairie de Paris estime qu’environ 20% des femmes d’origine africaine habitant la capitale utiliseraient des produits éclaircissants à base d’hydroquinone et de dermocorticoïdes aux effets délétères : outre les risques de brûlure, ces produits, souvent vendus sur internet ou détournés de leur usage médical, peuvent provoquer acné, taches, hirsutisme, vergetures, diabète etc.”

Alors la question se pose de savoir si l’usage des produits éclaircissants pour les peaux noires et métissées est systématiquement nocif. Au-delà de la sante du corps, que dit cette pratique au sujet de la psychologie et des mentalités de ceux qui s’y adonnent ? En un mot, cela est-il moralement acceptable ?

Pour blanchir, flinguer sa peau noire ?

Les produits éclaircissants n’abiment pas simplement les peaux les plus sublimes, ils exposent leurs utilisateurs à de graves soucis de santé. Dr Angele Tchatchouang, dermato-vénérologue, explique : “Quand elle est prise à haute dose. Le risque existe d’hypertension, de diabète, de cancer de la peau, d’insuffisance rénale, de perturbation du cycle menstruel ou encore de problèmes osseux chez les plus jeunes (les corticoïdes empêchent la consolidation des articulations).” De même, dans son livre, Peau noire, cosmétologie et dermatologie, paru dès 2003 chez Flammarion, Camille Fitoussi explique-t-elle que s’éclaircir la peau revient à diminuer la barrière naturelle de la peau contre les effets néfastes du soleil, ce qui, en Afrique, revient à se condamner au cancer tant le soleil y fait fureur.

De l’avis d’un expert camerounais en psychopatologie, Jean Mouteb, cette obsession épidermique résulterait aussi d’un “complexe d’infériorité chez la femme noire qui la pousse à se dépigmenter. A l’origine, les femmes les plus claires naissaient de l’union d’une indigène avec un colon, qui symbolisait la richesse et la plus haute classe sociale. Les femmes claires étaient donc prisées par les hommes et par les autres femmes noires. Ainsi, des femmes noires peu sûres d’elles ont voulu leur ressembler. D’autres, par conditionnement, se décapent par mimétisme, par reproduction de ce qu’elles ont observé chez leur mère, leur tante, sœur ou copine.”

Eclaircissement, décapage, blanchiment…à quelle crème se vouer ?

Il y en a qui défendent le droit de chacun à une espèce d’autodetermination de sa peau… Ainsi de Noëlle Amougou, spécialiste des droits de l’homme, qui estime qu’il existe selon elle “des produits naturels qui n’agressent pas la peau tout en la rendant plus éclatante”. Clarins, Mixa, L’oréal offrent des gammes de produits pour peaux noires et métissées réputés pour éclaircir “le grain de peau”, ces produits, enrichis en actifs régulateurs et purifiants, sont souvent présentés en lotions coordonnées ou en sérums. Ces produits plus ou moins surs ne sont malheureusement pas à la portée de toutes les bourses.

Selon certaines Africaines que nous avons rencontrées, en fait le débat sur la dépigmentation est biaisé et confine souvent au racisme, car les Blancs ne sont pas accusés de vouloir noircir quand ils s’en vont bronzer. Il ne s’agirait donc pas de ressembler aux Blancs, mais de donner l’image d’une peau belle, entretenue, et en santé… Il n’y aurait pas selon elles “derrière tout choix esthétique, une explication philosophique. C’est aux Etats de lutter contre la distribution de produits dangereux.”

Le problème c’est que cette philosophie devrait être la règle, le principe et non pas l’exception. Beaucoup de femmes se rendent esclaves du regard d’autrui et, en s’adonnant aux produits que leurs moyens leur permettent trouvent souvent malheur en chemin : méthodes non hygiéniques, résultats non esthétiques, dégâts psychologiques. Ceux qui réussissent sont admires, on en oublie qu’il s’agit de décapage, ceux qui échouent deviennent la risée de tous. Manifestement beaucoup ne craignent pas le ridicule et prennent les risques qu’il faut pour devenir “clairs”.

1 Message

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?