C’était mieux avant !

Partager :

A la guerre froide semble avoir succédé la guerre sourde, parce qu’elle gronde même si elle ne s’entend pas, parce que les principaux protagonistes sont en permanence dans le dialogue des sourds. Avant, ils ne se parlaient pas, mais chacun, à l’Ouest et à l’Est savait ce que pensait l’autre et, surtout, quelles étaient les limites de leur arrogance.

Aujourd’hui ils se parlent, siègent tous au Conseil de sécurité, se rencontre au G8 et au G20, mais, sur aucune musique, n’accordent leurs violons. La peur du gendarme n’existe pas, les dictateurs font ce que bon leur semble, l’équilibre de la terreur est devenu la dissémination de la terreur.

Qui fabrique les armes chimiques et pourquoi les vend-on ?

La Syrie n’étant pas signataire de la Convention sur l’interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l’emploi des armes chimiques et sur leur destruction, il faut se poser la question de savoir si le soupçon d’utilisation de telles armes était celui qui pouvait le mieux légitimer une agression internationale pour “ligne rouge” franchie ou pour motifs humanitaires.

C’était décidément mieux avant, du temps de la guerre froide, car il n’y avait pas encore Oussama ben Laden et Al Qaeda, le monde n’était pas encore bipolarisé selon le schéma de Samuel Huttington entre les civilisations chrétiennes et les autres, les dictateurs étaient tous tenus en laisse et seuls les pays du Nord étaient biologiquement et chimiquement armés.

Les Etats-Unis d’Amérique sont le gendarme du monde, mais qui en est la conscience ?

Le monde ne communie-t-il que sur le mode de l’assistance, sur l’impulsion des intérêts, y a-t-il encore place ou espoir pour les naïfs, ceux qui rêvent d’amour, de désarment intégral et d’une ONU réinventée, c’est-à-dire recomposée ? Les solutions radicales (étymologiquement le mot désigne une racine) ne sont pas celles qui soignent le plus efficacement le mal à la racine

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?